Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for juin 1999

Sociologue à l’université de Paris-VIII, spécialiste des mouvements sociaux et du syndicalisme salarié, Michel Vakaloulis voit dans les pratiques unitaires des grandes confédérations une amorce de légitimité retrouvée pour le syndicalisme français.

On a beaucoup dit ou écrit que les négociations sur les 35 heures dans les entreprises avaient permis aux syndicats de regagner une légitimité aux yeux des salariés. Qu’en pensez-vous ?

Michel Vakaloulis. Je parlerais plutôt d’une amorce de légitimité retrouvée. C’est indéniable : les négociations sur les 35 heures ont contribué à la visibilité du fait syndical dans les entreprises. C’était l’occasion pour les syndicats, parfois par délégation, de s’introduire dans les entreprises où ils n’existent que peu, où ils n’ont ni audience électorale ni corps militant.

En ce sens, ces négociations sur la réduction du temps de travail fonctionnent comme un facteur d’accélération de la prise de conscience, dans le chef de tous, de la nécessité de renforcer le fait syndical. Ce facteur est, à mon sens, largement conjoncturel, mais derrière cette accélération de la visibilité des syndicats, il y a une tendance beaucoup plus structurelle.

(suite…)

Read Full Post »