Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for décembre 2013

Michel Vakaloulis, philosophe et sociologue, «L’avenir est entre nos mains», La jeunesse en mouvement.

Le concept de jeunesse est incertain, voire improbable, si l’on entend par là un creuset générationnel homogène, sans lignes de fracture ni ambivalences. En fait, la dimension générationnelle est constamment traversée par des marqueurs sociaux fondamentaux, à l’instar de l’origine de classe ou du niveau de certification scolaire, qui resurgissent souvent sous forme de discriminations.

Il y a un deuxième travers assez répandu qu’il s’agit de relativiser. C’est le fait de considérer que les jeunes seraient porteurs de manière exacerbée de tendances plutôt négatives comme l’individualisme, la dépolitisation, voire le conformisme qui impactent ensuite le reste de la société. Dans un jeu spéculaire, on inverse ici le raccourci selon lequel les jeunes seraient spontanément « révoltés », friands d’engagement civique et d’action contestataire.

Or, si les jeunes se distinguent culturellement sur certains aspects, tels les modes de communication en réseaux et l’usage des nouvelles technologies de l’information, dans bien des domaines ils ne s’éloignent pas beaucoup des autres parties de la population.

Téléchargez l’intégralité de la contribution de Michel Vakaloulis (en format PDF) sur le site du Commissariat général à la stratégie et à la prospective.

Read Full Post »

Par Stéphane Aubouard

Dans un rapport sur les jeunes salariés du nucléaire (Jeunes salariés dans la production nucléaire et l’ingénierie d’EDF SA, CCE d’EDF SA, Paris, juin 2013), le sociologue Michel Vakaloulis 
démontre un changement de profil dans les aspirations et valeurs de celles et ceux qui choisissent de rentrer dans une des plus anciennes entreprises de services publics du pays.

La perception de la crise, l’attachement à l’entreprise, la culture du service public ou encore l’engagement syndical, tout montre, dans la dernière étude du sociologue Michel Vakaloulis, que la mutation de notre société ultralibéralisée s’accélère. Ainsi, comme l’explique l’universitaire, « quand les futurs jeunes salariés du nucléaire décident de rentrer à EDF, bien peu sinon aucun parmi eux ont entendu parler du Conseil national de la Résistance, et par conséquent, ne savent pas que le grand service public de l’énergie dans lequel ils viennent de s’inscrire est né de cette période-là, véhiculant certaines valeurs ».

Ils savent cependant que la notion de service public est constitutive de la marque de leur employeur, en l’occurrence EDF. En effet, comme on peut le lire dans le rapport, ces jeunes salariés (pour la grande majorité d’un niveau bac+2), sont conscients que servir la population « fait partie de leur job ». Un jeune technicien d’intervention l’explique à sa manière : « On se doit de bien faire notre boulot pour les clients, d’être disponibles, de se mobiliser à n’importe quel moment pour satisfaire les gens, comme dans les hôpitaux. »

(suite…)

Read Full Post »