Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Austérité’

Un entretien de Michel Vakaloulis, Le Monde, 26 juin 2018, propos receuillis par Charlotte Chabas.

Après de longues discussions, les ministres des finances de la zone euro (l’Eurogroupe), réunis jeudi 21 juin à Luxembourg, ont réussi à s’accorder sur les conditions de sortie de la Grèce de son troisième plan, prévue pour le 20 août.

Le pays aura reçu 300 milliards d’euros de prêts en échange d’un plan d’austérité et de réformes drastiques. Mais pour Michel Vakaloulis, enseignant chercheur en sociologie politique à l’université de Paris-VIII, cette sortie « est surtout symbolique, la Grèce va rester dans un régime d’exception ».

 — Huit ans après le début de la crise, à quel point la société grecque a-t-elle changé ?

AthènesMichel Vakaloulis  — La société grecque a subi une série de bouleversements à marche forcée sans précédent : réforme des retraites, des conventions collectives, de la sécurité sociale, du système des impôts, du salaire minimum et des aides sociales, entre autres… Cela donne une chute considérable et durable du niveau de vie des Grecs, et un triplement du taux de chômage, avec notamment le plus important taux chez les jeunes en Europe.

Le pays a été profondément traumatisé, et la fin du troisième plan d’aide ne va pas changer cet état de fait. C’est la plus longue crise pour un pays occidental depuis la seconde guerre mondiale.

 — Ces derniers mois, l’économie semble retrouver légèrement des couleurs, est-ce bon signe pour la suite ?

On peut dire que la situation s’est stabilisée, à l’image des comptes de l’Etat. Mais la croissance est un peu moins élevée que prévu, et surtout la dette reste immense. En revanche, c’est vrai que le chômage a baissé de quelques points ces derniers mois, mais c’est surtout dû à une hausse des embauches due à l’embellie saisonnière. Aujourd’hui, le tourisme est devenu l’industrie lourde de la Grèce, qui connaît une énorme explosion de la fréquentation, avec 36 millions de personnes attendues cette année.

(suite…)

Publicités

Read Full Post »

Emission Décryptages, animé par Philippe Delaroche

Avec la participation de Marie Dancer (journaliste à La Croix) et de Michel Vakaloulis (philosophe et sociologue, maître de conférences en Sciences Politiques à l’Université Paris 8 de Saint Denis)

Ecoutez l’émission sur le site de Radio Notre Dame

Grèce, vers la fin de l_austérité

Read Full Post »

Décrypage, une émission animée par Nathalie Amar (Radio France Internationale)

Ecouter l’émission

Grèce - Protestations

Intervenants :

Michel Vakaloulis, sociologue et maître de conférences en Sciences politiques à l’Université Paris 8.

Thomais Papaioannou, correspondante à Paris de la chaîne de télévision publique grecque ERT.

Read Full Post »

Par Michel Vakaloulis

Texte paru dans l’Humanité, 16 février 2015

Michel Vakaloulis

Comment gérer la victoire électorale ? Dans la stratégie de Syriza, la sortie de crise présuppose de transformer profondément la société grecque. Les trois piliers de son programme mettent l’accent sur la lutte contre la crise humanitaire et l’insécurité économique, la modernisation démocratique de l’Etat et la relance de l’économie sur la base des besoins sociaux et de la reconquête du travail. Ces trois dimensions programmatiques ne constituent pas trois séquences successives. En fait, les processus de changement commencent simultanément, mais ils ont un horizon temporel différent quant à leurs résultats et leurs exigences. Toutes les réformes doivent être menées de pair avec la transformation d’un modèle économique trop dépendant du tourisme et des importations. Ce qui à long terme implique de réindustrialiser le pays, de refonder ses spécialisations productives, de renforcer les coopérations multilatérales qui favorisent le développement durable.

(suite…)

Read Full Post »

Par Michel Vakaloulis

Wassily Kandisky – Black and violet (1923)

 

Vaincre dans un contexte de crise

La victoire de Syriza aux élections législatives anticipées du 25 janvier 2015 bouleverse l’échiquier politique grec et interpelle l’Europe. On pourrait qualifier cette victoire d’historique, à cette précision près que les conséquences différées de l’onde de choc qui vient de se produire nous échappent largement. L’effet Syriza est incontestable. C’est d’abord un message d’espoir qui ouvre des perspectives inédites. C’est la délégitimation en acte des politiques d’austérité et l’affirmation de la possibilité de faire une autre politique tout en faisant de la politique autrement. La consécration de la gauche radicale en Grèce atteste que les élites dirigeantes ne sont pas invincibles. Quand il prend conscience de ses intérêts et agit avec détermination, un petit peuple peut avoir une grande voix.

(suite…)

Read Full Post »

EXTRAIT – Un entretien de Michel Vakaloulis (Europe 1, 30 décembre 2014)

A défaut d’avoir pu élire un président, la Grèce organise des élections législatives anticipées le 25 janvier…. Le parti antilibéral, Syriza part favori…

Cliquer ici pour écouter l’intégralité de l’émission.

Read Full Post »

Michel Vakaloulis, sociologue et maître de conférences en sciences politiques à l’université Paris VIII, décrypte l’impact sur la Grèce des politiques d’austérité menées depuis deux ans dans le pays. «Les politiques d’austérité détruisent l’humain au sens propre du terme.»

(Propos recueillis par Benjamin Sèze,  Témoignage chrétien, n°3501 du 12 juillet 2012)

La Grèce est devenue un laboratoire des politiques d’austérité en Europe. Nous assistons à l’affaissement d’une société qui comporte plusieurs aspects. Le premier est la fin du cycle politique qui existait en Grèce depuis la chute de la dictature des colonels (1974). Le bipartisme qui dominait la scène politique et recueillait entre 80 et 85% de l’électorat, s’est écroulé en l’espace de deux ans et demi. Les socialistes du Pasok ont ainsi chuté de 43,9% en 2009 à 12,3% aux élections du 17 juin dernier, et le parti de droite conservatrice Nouvelle démocratie, qui a toujours été autour de 35-40%, a obtenu moins de 30% des voix. En revanche, la gauche radicale, Syriza, est passée de 4,6% en 2009 à 26,9% aux dernières élections. Cette multiplication par six de l’audience partisane est un phénomène inédit en Europe.

(suite…)

Read Full Post »

Older Posts »