Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘IRP’

Cezam Pays de la Loire – Observatoire 2016
Interview de Michel VAKALOULIS
70 ans après, le Comité d’entreprise a-t-il un avenir ? (Novembre 2016)

Publicités

Read Full Post »

Entretien avec Michel Vakaloulis, L’émeraude, Magazine d’information, de réflexion et d’échanges des bénéficiaires de la CMCAS Haute-Bretagne, n° 26, février 2016.

Télécharger L’émeraude en format pdf

Fernand Léger - Les loisirs sur fond rouge (1949)

Fernand Léger – Les loisirs sur fond rouge (1949)

– A quoi servent les comités d’entreprise aujourd’hui ?

Institués en 1945, les comités d’entreprise (CE) ont vu leurs attributions évoluer par empilements législatifs et réglementaires. Outre la gestion des activités sociales et culturelles, les CE ont pour objet d’assurer une expression collective des salariés concernant l’évolution économique de l’entreprise et l’organisation du travail.

En particulier, les attributions économiques recouvrent quatre domaines d’intervention. Il s’agit d’informer et d’éclairer les salariés sur les projets de l’entreprise, de les représenter et de défendre leurs intérêts collectifs, de consolider et d’élargir le champ de la participation des personnels aux processus décisionnels, enfin, de décloisonner le regard sur les évolutions en cours et de construire une vision cohérente de l’avenir.

(suite…)

Read Full Post »

Dimanche 13 septembre 2015, à la fête de l’Humanité, au sein du Forum social, s’est tenu un débat sur les 70 ans de la création des comités d’entreprise. Entre bilan et perspectives d’avenir.

Avec la participation de: François Duteil, président de l’Institut d’histoire sociale des Mines et de l’Énergie, Michaël Fieschi, président de la CCAS, Michel Vakaloulis, politologue et sociologue, auteur de « Le comité d’entreprise de demain« , Céline Simon secrétaire du CCE de la SNCF et Jean Marc Cador secrétaire du CRE de la RATP.

Débat sur les 70 ans de la création des comités d’entreprise©E.Razccas

(suite…)

Read Full Post »

Un entretien avec Jean Auroux

Jean Auroux est ancien ministre du travail (1981-1982). Il est membre honoraire du Parlement et président d’honneur de la Fédération des maires des villes moyennes. L’entretien a été réalisé et restitué par Michel Vakaloulis dans le cadre d’une recherche sociologique.

Jean Auroux

Vous êtes l’initiateur d’un ensemble de quatre lois promulguées au cours de l’année 1982 par le gouvernement Pierre Mauroy et connues sous votre nom qui ont profondément transformé le droit du travail en France. Quelle est la philosophie des lois Auroux ?

Jean Auroux. Dans le sillage de l’élection de François Mitterrand en 1981, après 23 ans d’attente de la gauche pour accéder au pouvoir, l’idée qui nous animait tous était de démocratiser la société et notamment l’espace économique. La financiarisation de l’économie n’était pas encore prédominante, en revanche le capitalisme familial se retrouvait largement dans le CNPF de l’époque. Pour moi, la démocratie est le partage du savoir, de l’avoir et du pouvoir. Mais celui qui est le moins partagé de tous, c’est le pouvoir économique.

Compte tenu de la position des organisations syndicales défavorables à la « cogestion », il s’agissait d’avancer dans deux directions. D’une part, démocratiser la vie économique par le législatif qui impose des droits fondamentaux en rééquilibrant autant que possible les pouvoirs dans l’entreprise. D’où le renforcement des institutions représentatives (OS, CE, CHSCT), la création de droits nouveaux comme le droit d’expression, etc. D’autre part, faire vivre le Droit du Travail en développant une politique contractuelle active qui commence dans l’entreprise avec la NAO (Négociation annuelle obligatoire) et qui se poursuivrait au niveau des branches et de l’interprofessionnel.

(suite…)

Read Full Post »