Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Jeunes’

Michel Vakaloulis, invité de la rédaction de Radio Télévision Suisse, 15 mars 2017.

Loin des projecteurs depuis deux ans, la Grèce n’est pas pour autant guérie. Le PIB du pays est en chute libre et les jeunes migrent massivement à l’étranger. La Grèce a connu l’an dernier une année exceptionnelle en ce qui concerne ses recettes touristiques. Mais ces dernières n’ont pas permis la reprise économique tant attendue.

A l’inverse, la République hellénique est le seul pays de l’Union européenne à avoir terminé 2016 sur une récession, avec des conséquences sociales et humaines non négligeables, explique Michel Vakaloulis, invité du Journal du matin sur RTS La Première.

 

Read Full Post »

France Culture, Du grain à moudre, une émission animée par Hervé Gardette

Ecouter l’émission

Plusieurs organisations de jeunesse appellent à une journée d’action le mercredi 9 mars, contre la loi El Khomri. Une mobilisation qui inquiète l’exécutif. Dix ans après le CPE, bis repetita ?

Joan Miró, Paysage Catalan (Le chasseur), 1923-1924.

Intervenants :

  • Anne Muxel : Docteure en sociologie et directrice de recherches CNRS en science politique au CEVIPOF
  • Isabelle Sommier : Professeure de sociologie à l’Université Paris 1
  • Michel Vakaloulis : Philosophe et sociologue, maître de conférences en Sciences Politiques à l’Université Paris 8

Read Full Post »

par Nathalie Quéruel

Source: Santé & Travail, n°83, juillet 2013

Les organisations syndicales n’ont pas la cote chez les jeunes. Image brouillée, messages difficiles à comprendre pour les non-initiés et, surtout, précarité constituent des obstacles majeurs à l’engagement. Il existe heureusement des contre-exemples.

Le destin précaire – Santé & Travail

On ne peut pas dire que les jeunes, quand ils parviennent enfin à poser un pied dans le monde du travail, se précipitent dans les bras des syndicats. Une enquête de l’Institut syndical d’études et de recherches économiques et sociales (Iseres) de la CGT estimait à 2 % le taux de syndicalisation des moins de 30 ans en 2000. Et rien n’indique que ce chiffre ait évolué à la hausse, tant les obstacles à l’adhésion des jeunes salariés s’avèrent importants. La précarité en est un.« L’adhésion syndicale suppose une stabilité professionnelle. Ce n’est qu’après quatre ou cinq ans en poste fixe, quand on a pris ses marques dans l’entreprise, que l’on envisage cette possibilité », observe Michel Vakaloulis, sociologue, auteur d’un récent ouvrage sur les formes d’engagement des jeunes actifs (voir « A lire »). La course difficile au contrat à durée indéterminée (CDI) accapare toute leur énergie. « Et pour le décrocher, ils comptent plus sur la débrouille que sur un appui collectif des syndicats », estime Sophie Béroud, maître de conférences en sciences politiques à l’université Lyon 2.

(suite…)

Read Full Post »

À l’occasion du cinquantième anniversaire de la reprise des Activités sociales par le personnel et ses représentants des fédérations syndicales, les Activités sociales de l’énergie, la CCAS et le Comité de coordination des CMCAS ont choisi de célébrer « l’énergie de l’émancipation ». Une conférence spectacle a été organisée le 10 avril 2014 à La Géode à Paris sur le thème « l’utopie au travail ».

Intervention de Michel Vakaloulis

 

 

Je suis ravi d’être parmi vous ce soir pour vous fêter l’anniversaire d’une jeune dame de cinquante ans. Cinquante ans est un âge respectable, mais je pense que la CCAS a beaucoup de jeunesse et de fraicheur à offrir à tous ses bénéficiaires.

Certes, si on prête l’oreille à certaines rumeurs, on entend qu’elle n’est pas au goût du jour, qu’elle manque de souplesse et d’ouverture.

(suite…)

Read Full Post »

Emmanuelle Bastide reçoit dans son émission 7 milliards de voisins Céline Braconnier, professeur de Sciences politiques à Sciences politiques Saint-Germain et Michel Vakaloulis, docteur en Philosophie, sociologue.

© Getty images/MCT

Selon une étude Audirep, 55% des jeunes considèrent la politique comme importante ; et seuls 29% des 15-30 ans se reconnaissent dans un parti. Pourquoi les jeunes sont-ils si méfiants vis-à-vis de la politique et « oscillent entre désillusion et révolte » ? Est-ce symptomatique de la génération Y ?

Ecouter l’émission:

1. Les jeunes et la politique: blasés?

2. Les jeunes et la politique: blasés?

Read Full Post »

Par Margherita Nasi

Source: Le Monde, 25 mars 2014

La promesse – René Magritte

Individualistes, carriéristes, la tête dans le guidon… alors que nombre de commentateurs épinglent l’impatience des jeunes dans l’entreprise, Michel Vakaloulis déconstruit et contredit ce qu’il considère comme des poncifs. Dans Précarisés, pas démotivés ! le philosophe et sociologue plonge dans l’univers des jeunes salariés, auprès desquels il a mené des entretiens. Son essai, riche en témoignages, montre à quel point « l’image emblématique d’une génération individualiste a du plomb dans l’aile ».

Afin de comprendre quelles sont les préoccupations, les critiques et les visions d’avenir de cette nouvelle génération de salariés, encore faut-il s’interroger sur le contexte socio-économique. Ce qui émerge des témoignages, c’est une prise de conscience largement partagée d’une crise qui banalise le statut de travailleur jetable. Et qui explique le décrochage de la culture d’entreprise : comment s’identifier à un organisme si on est susceptible d’en sortir brutalement à chaque remise en jeu ? Si facteur générationnel il y a, il est lisible dans « la facilité avec laquelle les jeunes salariés se projettent à titre personnel dans l’idée de changement, de mobilité, de reconversion professionnelle ». Dans un univers instable et imprévisible, la mobilité devient un acte de gestion de l’emploi.

(suite…)

Read Full Post »

Source: L’Humanité, 14 mars 2014

Table ronde avec Nordine Idir, secrétaire général du Mouvement jeunes communistes de France, Sarah Leclerc-croci, présidente de la Jeunesse ouvrière chrétienne et Michel Vakaloulis, philosophe et politologue.

Rappel des faits. Le 26 février dernier, l’enquête 
sur Internet Génération quoi ?, menée par France Télévisions 
et qui avait attiré plus de 
210 000 réponses de jeunes de 18 à 34 ans, livrait ses révélations. Si le poids de la crise se révèle écrasant, l’étude révèle, de manière moins attendue, 
un « fort potentiel de révolte ».

Le pessimisme imprègne 
les réponses des jeunes. 
La situation pèse lourdement sur leurs épaules : un tiers d’entre eux sont persuadés qu’ils ne connaîtront 
pas la fin de la crise. L’expérience du chômage marque les esprits et assombrit l’avenir. Ils sont 43 % à penser que la vie de leurs propres enfants sera plus difficile que la leur. Pour réussir dans la vie, ils ne comptent que sur eux-mêmes, mais 77 % estiment que sans solidarité on ne peut s’en sortir. La surprise vient du sentiment de révolte qui les habite. À la question : « Est-ce que tu participerais à un mouvement de révolte type mai 1968 demain ou dans les prochains mois ? » 61 % répondent par l’affirmative. Il suffirait d’une étincelle…

La crise frappe durement 
la jeunesse… Le peu 
de confiance en l’avenir montré par l’enquête Génération, quoi ? peut-il faire craindre une résignation chez les jeunes ?

(suite…)

Read Full Post »

Older Posts »