Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Vakaloulis’

Par Michel Vakaloulis

Wassily Kandisky – Black and violet (1923)

 

Vaincre dans un contexte de crise

La victoire de Syriza aux élections législatives anticipées du 25 janvier 2015 bouleverse l’échiquier politique grec et interpelle l’Europe. On pourrait qualifier cette victoire d’historique, à cette précision près que les conséquences différées de l’onde de choc qui vient de se produire nous échappent largement. L’effet Syriza est incontestable. C’est d’abord un message d’espoir qui ouvre des perspectives inédites. C’est la délégitimation en acte des politiques d’austérité et l’affirmation de la possibilité de faire une autre politique tout en faisant de la politique autrement. La consécration de la gauche radicale en Grèce atteste que les élites dirigeantes ne sont pas invincibles. Quand il prend conscience de ses intérêts et agit avec détermination, un petit peuple peut avoir une grande voix.

(suite…)

Publicités

Read Full Post »

Plongé dans un profond état de désespoir, le peuple grec attend un changement radical.

Entretien avec Michel Vakaloulis, réalisé par Gilles Toussaint.

Source: La libre Belgique (Quotidien belge de langue française, 24 janvier 2015)

Télécharger l’entetien en format PDF

Alexis Tsipras

Philosophe et politologue, Michel Vakaloulis est maître de conférences à l’Université de Paris 8. Il est actuellement en Grèce pour suivre le scrutin électoral.

La victoire semble ne pas pouvoir échapper à Syriza. Dans tous les cas, ce parti aura tout intérêt à conclure des alliances. Quels sont les rapprochements envisageables ?

Michel Vakaloulis – On peut dire que la surprise ne sera pas la victoire de Syriza, mais plutôt son ampleur. Tous les sondages montrent en effet un écart qui ne cesse de se creuser en sa faveur. Le chef de file de Nouvelle Démocratie, M. Samaras, qui a fait une campagne électorale mâtinée de prévisions catastrophiques, est réduit à dire que Syriza veut transformer la Grèce en Corée du Nord ! L’argument est délirant et exprime le désarroi du Premier ministre.

Mais en Grèce, avoir le levier gouvernemental ne signifie pas avoir le vrai pouvoir. Syriza devra faire face au contre-pouvoir des mondes médiatique et économique qui, pendant 40 ans, ont tissé un système de connivence et de corruption qui a permis une hégémonie sans partage des conservateurs de Nouvelle Démocratie et des socialistes du Pasok. Jusqu’en 2009, ces deux partis représentaient entre 80 et 87 % du corps électoral. Du coup, ils ont joué énormément la carte du clientélisme. La bourgeoisie grecque y était très liée.

(suite…)

Read Full Post »

Entretien avec Michel Vakaloulis, politologue, LCI

Ecouter un extrait de l’entretien

Michel Vakaloulis – LCI

A deux jours des élections législatives anticipées en Grèce, le parti Syriza est donné gagnant. Ce scrutin, qui s’annonce historique, pourrait voir les radicaux de gauche remporter la majorité absolue. « Les dirigeants de Syriza en sont presque convaincus », a déclaré le politologue grec Michel Vakaloulis.

Syriza-Tsipras-Podemos-Iglesias-Atenas_EDIIMA20150122_0819_13

Alexis Tsipras (Syriza) & Pablo Iglesias (Podemos) – Athènes, 22 janvier 2015

 

Read Full Post »

EXTRAIT – Un entretien de Michel Vakaloulis (Europe 1, 30 décembre 2014)

A défaut d’avoir pu élire un président, la Grèce organise des élections législatives anticipées le 25 janvier…. Le parti antilibéral, Syriza part favori…

Cliquer ici pour écouter l’intégralité de l’émission.

Read Full Post »

par Nathalie Quéruel

Source: Santé & Travail, n°83, juillet 2013

Les organisations syndicales n’ont pas la cote chez les jeunes. Image brouillée, messages difficiles à comprendre pour les non-initiés et, surtout, précarité constituent des obstacles majeurs à l’engagement. Il existe heureusement des contre-exemples.

Le destin précaire – Santé & Travail

On ne peut pas dire que les jeunes, quand ils parviennent enfin à poser un pied dans le monde du travail, se précipitent dans les bras des syndicats. Une enquête de l’Institut syndical d’études et de recherches économiques et sociales (Iseres) de la CGT estimait à 2 % le taux de syndicalisation des moins de 30 ans en 2000. Et rien n’indique que ce chiffre ait évolué à la hausse, tant les obstacles à l’adhésion des jeunes salariés s’avèrent importants. La précarité en est un.« L’adhésion syndicale suppose une stabilité professionnelle. Ce n’est qu’après quatre ou cinq ans en poste fixe, quand on a pris ses marques dans l’entreprise, que l’on envisage cette possibilité », observe Michel Vakaloulis, sociologue, auteur d’un récent ouvrage sur les formes d’engagement des jeunes actifs (voir « A lire »). La course difficile au contrat à durée indéterminée (CDI) accapare toute leur énergie. « Et pour le décrocher, ils comptent plus sur la débrouille que sur un appui collectif des syndicats », estime Sophie Béroud, maître de conférences en sciences politiques à l’université Lyon 2.

(suite…)

Read Full Post »

Source: Atlantico

Crédit Reuters

Atlantico : A l’approche des élections européennes, quel est le contexte social en Grèce ?

Michel Vakaloulis : Les élections européennes du 25 mai prochain coïncident en Grèce avec le deuxième tour des élections communales et régionales. Le pays est confronté à un effondrement économique unique en Europe occidentale dans l’histoire de l’après-guerre qui a conduit à une vaste crise sociale et humanitaire.

Depuis 2009, le PIB a chuté d’un quart, le chômage a explosé pour atteindre 27,5% (58,5% chez les jeunes de 18-25 ans), la dette publique est devenue insoutenable (plus de 175% du PIB), malgré les coupes drastiques des dépenses publiques et la hausse considérable des taxes. Plus d’un tiers de la population a basculé en dessous du seuil de pauvreté. Les mots qui expriment davantage les sentiments des Grecs face au désastre des « plans de sauvetage » sont la colère, la déception, voire la peur de l’avenir.

Quels sont les principaux motifs qui occupent la campagne électorale en Grèce ? 

S’ils sont des Européens convaincus, la majorité des Grecs ont fait un travail de deuil sur une certaine conception de la construction européenne. La stratégie de choc appliquée sous l’impulsion de la troïka a transformé le pays en immense laboratoire des politiques d’austérité qui redistribuent les richesses et les pouvoirs. Décidément, les Grecs assimilent l’Europe à un système hiérarchique avec des dominants et des dominés. Ce système tend à subvertir au lieu de consolider le processus démocratique.

(suite…)

Read Full Post »

Par Philippe Pineau

Michel Vakaloulis propose un court traité de sociologie réalisé à partir d’une centaine d’entretiens auprès de jeunes salariés adhérents à l’UGICT-CGT, de jeunes salariés diplômés non syndiqués, et de jeunes organisés en collectifs (Génération précaire, Jeudi noir, Ingénieurs sans frontières, Confédération des jeunes chercheurs) ou syndicats (Unef, UNL), dont le trait commun pour ce dernier panel est l’évaluation critique d’une institution: le stage.

L’hypothèse de l’enquête est la suivante: le marché du travail étant traversé par une dimension générationnelle, comment les jeunes ressentent-ils la sphère de travail organisée dans «l’esprit de l’entreprise flexible», et quelles modalités mettent-ils en jeu dans le procès acceptation/contestation, pour asseoir ce qui leur paraît essentiel en termes de dignité et de reconnaissance ? La construction du livre en quatre chapitres, «A la découverte d’un monde nouveau», «Rapports de travail et construction identitaire», «Jeunes salariés et investissement syndical», et «De la contestation à l’engagement» ne fige pas – et c’est heureux – les éléments de réponse, qui courent du monde interne de l’entreprise aux actions promouvant les valeurs portées historiquement par le mouvement social.

(suite…)

Read Full Post »

Older Posts »